Faust, le damné

La damnation de Faust

La damnation de Faust

Les légendes, parfois, entrechoquent nos rêves les plus doux, et nos cauchemars les plus effrayants pour ne former plus qu’une seule et unique histoire.

Cette histoire est celle d’un être peu commun, notamment par les brumes épaisses du mystère qui l’entoure, lui et son passé.
Des dizaines de versions lui ont été attribuées au fil des siècles, qui émanent de contes urbains ou de grands artistes tel que Goethe, Lord Byron, Wagner, Rembrandt, Berlioz …
Il est devenu un des symboles les plus marquants du mythe philosophique, suscitant ainsi l’inspiration de tous.

Cet homme, dont certains doutent encore avec raison de son existence, n’est autre que le célèbre Docteur Faust.

Un fil conducteur réunit, malgré tout, les multiples interprétations sur ce personnage :

Le Docteur Johann Faust

Le Docteur Johann Faust

Johann Faust (1480-1540) était, au départ, un savant qui vécut dans l’Allemagne de la première moitié du XVIème siècle. D’aucuns le qualifiaient à l’époque de sorcier, d’alchimiste, de magicien et accessoirement de médecin. A l’instar d’un autre confrère fort célèbre également, le Dr John Dee, Faust était un des esprits les plus cultivés de son temps, et il voulait également percer les secrets immuables et sybillins du monde. Pour lui, ce n’était  rien d’autre qu’une croisade de la connaissance ultime.

Après de longues et pénibles années de recherches et de réflexions acharnées, le Dr Faust se trouva confronté à un mur, qu’il ne pouvait briser, de par l’imperfection humaine qui le caractérisait, lui et ses semblables. Maudissant son impuissance, il devint rapidement un ermite, pétri de rancoeur et aigri par l’inutilité de toutes ses recherches, et se réfugiait constamment dans son laboratoire, aux outils de plus en plus poussiéreux.

Néanmoins, le Dr Faust ne pouvait pas en rester à un tel échec : cette quête inlassable était devenue sa seule passion, sa seule raison de vivre, et la soif de connaissances qui l’animait demeurait insatiable.

Faust et Méphislotophélès, le pacte

Faust et Méphislotophélès, le pacte

C’est alors que Méphistophélès (« Celui qui hait la lumière ») lui apparut, lui proposant un pacte particulier. Si le Dr Faust acceptait de le servir dans l’au-delà, alors Méphistophélès exaucerait tous les vœux qu’il souhaitait en ce bas-monde, et ce durant 24 années.

Johann Faust signa le contrat avec son propre sang, et scella ainsi sa destinée.

Il put dès lors profiter de tous les plaisirs terrestres et spirituels auxquels il aspirait depuis tant d’années. Il perça le secret ultime, et devint un des esprits les plus brillants au monde.

L’histoire ne s’arrêta pas là, car la dernière fois que l’on vit le Dr Faust, ce fut la nuit précédent le jour fatidique du pacte. Il s’enferma dans son laboratoire, à l’université où il travaillait, comme à l’accoutumée, quand d’horribles cris, inhumains, bestiaux, et affreux résonnèrent à l’intérieur. Lorsque l’on défonça la porte, la légende raconte que l’on ne retrouva que son cœur sur le sol, encore palpitant, qui finit par brûler.

Les horribles hurlements hantèrent la pièce durant des années.

Ainsi finit la damnation du Dr Johann Faust, l’homme à la soif inextinguible.

« Par le pouvoir de la vérité, j’ai conquis le monde. »

Faust

Publicités

Un commentaire sur “Faust, le damné

  1. Pingback: Nicolas Flamel, l’Alchimiste | Chasseurs de Ténèbres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s