Typhon, le Dieu maudit

Typhon, l'apocalytique

Typhon, l’apocalyptique

Il est parfois amusant de constater ce que sont devenus aujourd’hui certains mots ou expressions émanant de mythes. Bon nombre d’entre eux ont fait honneur à leur origine « historique ». C’est notamment le cas du Typhon, terrible cyclone sévissant dans les mers de Chine ou du Japon, ravageant tout sur son passage et entraînant dans son sillage son lot de deuils et de destructions.

Il faut savoir que l’attribution de ce nom à ce phénomène climatique n’a rien d’un hasard.

En effet, dans la mythologie grecque, Typhon a réellement existé, et avec les Titans et les Géants, il fut indéniablement l’un des pires ennemis des Dieux, celui qui faillit les détruire à jamais.

Cataclysmique, sa malfaisance est telle que d’aucuns estiment qu’il put inspirer d’autres cultures, comme le christiannisme sous les traits du Diable.

Par ailleurs, Typhon n’est né que du fruit empoisonné de la rancoeur et de la vengeance. Sa mère, Gaïa, mère de la Terre et des Titans éprouvait une haine sans pareille aux Dieux, en particulier envers Zeus, en envoyant les Titans au fin fond du Tartare, suite à la Titanomachie (la guerre entre les Titans et les Dieux de l’Olympe). Pétrie d’amertume, Gaïa s’unit avec ce même Tartare pour concevoir un être né pour semer la terreur et la dévastation : Typhon.

Typhon, le Dieu destructeur

Typhon, le Dieu destructeur

Les descriptions diffèrent à son sujet tant l’étendue de son horreur s’accordait avec le mot « inimaginable ». On raconte que ses yeux n’étaient que deux foyers de brasiers qui pleuraient des larmes de feu. On disait également qu’il atteignait les étoiles tant il était gigantesque, que son bras gauche touchait l’Occident et son bras droit l’Orient. Ses mains étaient pourvues de centaines de têtes de dragons, chacune gémissant un son effroyable et différent. Il grandit en l’espace d’un seul jour jusqu’à s’élever vers l’Olympe.

Avec son épouse Echidna, il donna naissance aux monstres les plus célèbres de la mythologie grecque. Il s’accorde ainsi la paternité de Cerbère, du Sphinx, de l’Hydre de Lerne, de la Chimère, du Lion de Némée, et de bien d’autres.

Il menaça les Dieux de libérer les Titans de leur prison inexpugnable. Zeus l’affronta alors en combat singulier armé de la faucille de Cronos, toutefois Typhon parvint à le désarmer et lui trancha les tendons des bras et des chevilles, avant de le transporter, inerte, dans sa grotte, et d’en confier la garde à sa femme.

Les autres Dieux quittèrent l’Olympe pour se réfugier sur la Terre en se métamorphosant en animaux divers afin d’échapper au terrible Dieu.

Un allié de Zeus parvint à assommer Echidna, puis à guérir les tendons tranchés. C’est alors que le roi des Dieux s’arma de sa foudre et se lança de nouveau à la poursuite de Typhon. Celui-ci, déjà affaibli par la ruse des Moires (divinités du destin), se fit foudroyé par Zeus. Sous l’impact, le monstre se retrouva projeté et enseveli sous un volcan aujourd’hui encore bien connu : l’Etna, et ce pour l’éternité.

La légende raconte que les éruptions incessantes du volcan ne sont autres que les rugissements de rage du Dieu emprisonné depuis des siècles.

Ainsi finit celui qui aurait dévasté le monde et annihilé l’espoir.

Typhon, prisonnier sous le volcan

Typhon, prisonnier sous le volcan

Publicités

Un commentaire sur “Typhon, le Dieu maudit

  1. Pingback: Les Moires, les trois soeurs fatidiques | Chasseurs de Ténèbres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s