Le serpent Nidhögg

Nidhögg, le fléau éternel

Le serpent Nidhögg

Le serpent Nidhögg

A l’instar du serpent Jörmungandr ou du loup Fenrir, le Nidhögg, « Celui qui frappe férocement », était considéré dans la mythologie scandinave comme une des créatures dont le réveil sonnerait le Ragnarok, soit l’Apocalypse nordique.

En effet, parmi tous les monstres de cauchemar qui hantent cette cosmologie mythique, le Nidhögg est, la plupart du temps, représenté sous la forme d’un serpent gigantesque aux anneaux demesurés.

Yggrasild, l'Arbre-Monde

Yggrasild, l’Arbre-Monde

Afin de mieux saisir son rôle, il faut avant tout préciser davantage comment la mythologie scandinave représente l’Univers. En vérité, selon les légendes, ce dernier est agencé sous la forme d’un arbre, Yggrasild. Ce frêne est communément appelé l’Arbre-Monde, car à chacune de ses neuf parties correspond un monde différent. Mentionnons simplement les trois principaux que l’on retrouve dans toutes les mythologies : Asgard, Midgard, et le Niflheim.

Le premier, Asgard, se situe à la cime d’Yggrasild et se rapporte à l’Olympe grecque. Il s’agit effectivement du monde des Dieux, nommés les Ases, où siègeait le Valhalla, le château aux 640 portes, depuis duquel le roi des Ases, Odin, régne.

Le second, Midgard, s’avére être le monde des mortels et se positionne au niveau du tronc d’Yggrasild, à la frontière entre les plus hautes branches et les profondes racines, toujours à la limite entre les cieux inacessibles et les Enfers chtoniens.

Le Niflheim, l'Enfer de glace

Le Niflheim, l’Enfer de glace

C’est au niveau de ces dernières que se trouvent le reste des autres mondes, chaque racine menant vers un en particulier. Cette partie souterraine constitue le Niflheim, « le monde des morts », là où est emprisonné le Nidhögg depuis l’aube des temps, dont le corps sinueux serpente éternellement parmi l’entrelacs complexe des racines d’Yggrasild.

Sempiternelle facette du chaos régissant l’Univers, le Nidhögg a pour habitude de ronger les différentes racines qui relient les mondes au frêne grandiose. La légende raconte également qu’il se repaît aussi des âmes de ceux qui se sont définitivement comportés de manière indigne pour un guerrier.

Le Nidhögg attaquant perpétuellement les racines du frêne

Le Nidhögg attaquant perpétuellement les racines du frêne cosmique

Lors du dernier jour de la Création, une prophétie prédit qu’Yggrasild s’écroulerait, et sous lui, la voûte céleste de l’Univers s’effondrerait de la même manière, libérant le Nidhögg. Celui-ci s’enroulerait autour de la Terre et le broierait dans son étreinte d’acier.

Proues des drakkars

Proues des drakkars

Il existe un détail curieux à ce propos : les vikings employaient souvent une tête de dragon difforme ayant des apparentés avec un serpent à la proue de leurs drakkars afin de semer davantage la peur. Y a-t-il un lien ? La question demeure sujette à caution.

Toutefois, il est amusant de remarquer à quel point l’usage du serpent, symbole de l’Apocalypse, est récurrent dans la plupart des mythologies. Celui le plus similaire au Nidhögg demeure très probablement l’Apophis égyptien. Le Python grec fait également penser à ce serpent monstrueux aux anneaux gigantesques.

Le Léviathan biblique a également comme similitude cet aspect de valet de l’Apocalypse, ou même le fameux serpent du jardin d’Eden, chassant Adam et Eve du paradis.

Publicités

Un commentaire sur “Nidhögg, le fléau éternel

  1. Pingback: Le Dragon, l’immortel parmi les immortels | Chasseurs de Ténèbres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s