Les Moires, les divinités implacables du Destin

Les Moires, les trois soeurs fatidiques

Les Moires, les divinités implacables du Destin

Les Moires, les divinités implacables du Destin

Particulièrement célèbres dans la mythologie grecque, les Moires, aussi connues sous l’appellatif des Parques pour les Romains, étaient les entités incarnant le destin accompagné de sa fatalité irrémédiable. Effrayantes tant par leur apparence que par ce qu’elles représentaient, elles se différenciaient néanmoins de la Mort, incarnée cette fois par le dieu Thanatos. Elles étaient considérées comme plus puissantes encore que les Dieux, qui étaient obligés de se soumettre à leurs décisions.

En effet, les Moires étaient trois sœurs, filles de Nyx, une des premières entités à être née du Chaos originel, aussi anciennes que le Temps, qui se souvenaient du passé de chaque être humain, étudiaient le présent, et par-dessus tout, il fallait reconnaître que l’avenir ne leur était point étranger.

La symbolique de la vie : le fil, la quenouille et les ciseaux

La symbolique de la vie : le fil, la quenouille et les ciseaux

Et pour cause, elles se chargeaient elles-mêmes d’en sceller la finalité. Cette trinité terrifiante s’expliquait par les étapes les plus capitales de l’existence. En effet, la première sœur, Clotho, « la Fileuse » commençait la chaîne en enfilant un fil de laine incarnant une vie. Cette étape représentait bien évidemment la naissance. La seconde, Lachésis, aussi nommée « la Destinée », enroulait ce fil autour d’une quenouille, symbolisant le cours de l’existence avec l’accumulation de son poids d’années. La dernière, en revanche, Atropos, dite « l’Implacable », tranchait le fil de vie de à l’aide de ciseaux, engendrant irrémédiablement sa mort immédiate. Leur impartialité et leur inhumanité envers les Hommes leur attribuaient souvent leur cécité, à l’instar de la déesse de la Justice Thémis. On racontait même qu’elles étaient venues au monde aveugles.

Zeus, le roi des Dieux

Zeus, le roi des Dieux

Leur intervention directe était pour le moins assez rare, mais bien souvent lourde de conséquences. Elles aidèrent notamment le roi des Dieux, Zeus, à triompher du terrible Typhon en l’affaiblissant par la ruse, ce qui rétablit l’ordre et l’harmonie au sein de l’Olympe. Leur présence et leur soutien furent également notables lors de la révolte des Géants, où elles aidèrent les Dieux ainsi qu’Hercule à combattre les ennemis les plus puissants des cieux.

L’histoire raconte néanmoins qu’une seule personne serait parvenue à se jouer d’elles : le dieu archer Apollon. En effet, afin de sauver son ami le roi Admète d’une mort certaine, Apollon alla à la rencontre des trois sœurs, qu’il parvint subtilement à enivrer. Alors, le Dieu à la lyre fit promettre aux Moires de permettre à son ami de vivre par-delà sa mort prédestinée. Toutefois, à la vie épargnée d’Admète devait se substituer une autre existence dans le but d’équilibrer la fragile balance entre les morts et les vivants. Comme il n’y eu aucun prétendant pour se sacrifier, ce fut la propre femme du roi, Alceste, qui fut volontaire par amour pour son mari. Elle fut malgré tout sauvée par Héraclès mais ceci est une autre histoire…

Le sacrifice d'Alceste pour Admète

Le sacrifice d’Alceste pour Admète

Publicités

Un commentaire sur “Les Moires, les trois soeurs fatidiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s