La Walkyrie, la guerrière

Les Walkyries, les messagères du Destin

La Walkyrie, la guerrière

La Walkyrie, la guerrière

Éminemment célèbres dans la mythologie nordique, les Walkyries revêtaient un caractère essentiel pour les guerriers scandinaves tels que les Vikings. Leur légende a perduré durant les siècles jusqu’à aujourd’hui, et ce en entrant dans la culture collective des civilisations européennes.

En effet, aujourd’hui, l’image des Walkyries s’apparente davantage à de féroces guerrières aux cheveux blonds qui juchaient d’impressionnants destriers blancs.

Le dieu borgne, Odin, roi des Ases

Le dieu borgne, Odin, roi des Ases

Bien que cette description soit intéressante et assez proche du mythe, il est malgré tout possible de préciser certains éléments manquants. En premier lieu, les Walkyries étaient les messagères de leur père, Odin, le roi des Dieux d’Asgard. La première d’entre elles et leur chef était Freya, fille de Njörd (dieu de la Mer et des Vents) et déesse de l’amour, de la fertilité et de la guerre.

Freya, déesse de l'amour et de la guerre

Freya, déesse de l’amour et de la guerre

Bien souvent assimilées aux Nornes (les Moires nordiques) ou encore aux Amazones grecques, les Walkyries étaient des combattantes, armées de pied en cap, redoutables et sanguinaires, qui descendaient d’Asgard afin de planer sur les nombreux champs de batailles de Midgard, montées sur des chevaux ailés à l’instar de Pégase.

Moins lugubres que la tristement célèbre Morrigan celtique, les Walkyries emportaient avec elles les âmes des guerriers défunts, qui étaient tombés les armes à la main au combat. Elles les emmenaient alors au Valhalla, le Palais aux 640 portes d’Odin, où elles décidaient lesquels d’entre eux seraient les plus braves pour mener un ultime combat.

Les Einherjars, les guerriers du Ragnarök

Les Einherjars, les guerriers du Ragnarök

Ces élus, aussi nommés les Einherjars, avaient ainsi l’immense honneur de se voir combattre aux côtés d’Odin en personne lors de la dernière bataille : le Ragnarök, l’apocalypse nordique, là où le terrible Fenrir se libérerait de ses chaînes.

On dénombre pas moins d’une quarantaine de Walkyries différentes, dont la plus célèbre n’est autre que Brunehilde, celle-là même qui fut délivrée du dragon par le jeune Siegfried, et qui devint son épouse. La marque implacable de la Mort et du destin est souvent assimilée à la présence des Walkyries.

Ces étranges divinités ont suscité plus d’une fois l’enthousiasme des artistes de tout temps, la preuve la plus emblématique de ce constat s’illustre par la composition du grand Richard Wagner (1813-1883) en 1870, intitulée fort justement « La Chevauchée des Walkyries », composition que reprit Francis Ford Coppola dans sa scène d’anthologie d’Apocalyspe Now par ailleurs.

La légende prétend également que les aurores boréales dans le ciel seraient dues aux traces de sabots laissées par la chevauchée des Walkyries.

Les Aurores boréales, les sillons de la chevauchée des Walkyries

Les Aurores boréales, les sillons de la chevauchée des Walkyries

Publicités

Un commentaire sur “Les Walkyries, les messagères du Destin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s