Osiris, le roi de la renaissance

Osiris, le dieu des morts

Osiris, le dieu des morts

Laissez-moi vous conter une histoire, une des histoires les plus célèbres de l’Egypte ancienne, l’Egypte de la Vallée des Rois. Cette histoire relate la légende du roi des Dieux Osiris, fils de Nout, mère de tous les astres, et de Geb, dieu de la Terre.

Seth, dieu du désert

Seth, dieu du désert

Le dieu Osiris devint le premier pharaon à régner sur la terre d’Egypte, et régna durant de longues années aux côtés de sa sœur et épouse, Isis, la Grande Magicienne. De ce pouvoir absolu, son propre frère, le maléfique Seth, dieu du chaos et de la désolation. En effet, tandis qu’Osiris était le maître des terres fertiles, Seth, lui, s’était vu octroyer le contrôle des terres désertiques d’Egypte. Le dieu en éprouva une rancune tenace et voulut assouvir sa vengeance en assassinant son frère.

Pour cela, il profita de la rentrée victorieuse d’Osiris suite à ses dernières conquêtes. Au beau milieu du festin organisé pour l’occasion, Seth fit amener un grand et magnifique coffre de bois qu’il avait fait fabriquer à la taille d’Osiris. Il proposa à l’assemblée d’offrir ce superbe présent à celui qui parviendrait à s’y tenir.

Isis, la Grande Magicienne

Isis, la Grande Magicienne

C’est ainsi qu’Osiris, une fois que tous les autres conviés avaient essayé, se plaça à son tour à l’intérieur du coffre, et celui-ci lui convint parfaitement. Le dieu maudit, à l’aide de ses 72 acolytes, referma le couvercle et emprisonna sa victime en scellant le coffre. Ils le jetèrent par la suite dans le Nil, où Osiris périt, noyé. C’est ainsi que le premier sarcophage fit son apparition dans la civilisation égyptienne.

Isis, folle de douleur, partit à la recherche du corps de son époux. Elle parvint à retrouver le coffre échoué sur les berges de la Phénicie, et ramener son défunt époux en Egypte dans un lieu secret, loin de la haine de Seth, et entreprit le processus de résurrection.

Horus, le dieu Vengeur

Horus, le dieu Vengeur

Hélas, celui-ci le découvrit lors d’une partie de chasse et fit tout son possible afin d’empêcher l’objectif tant souhaité. La légende raconte que Seth découpa son frère en 14 morceaux, qui furent éparpillés aux quatre coins du pays.

Face à ce désastre, Isis ne se découragea pas et se mit à la recherche des endroits secrets de Seth dans lesquels demeuraient les précieuses reliques. Sa quête dura des décennies. A la suite de quoi, secondée d’Anubis et de son fils Horus, le dieu Vengeur, Isis réalisa le premier embaumement de l’Histoire de l’Egypte, et parvint à ressusciter son mari et lui insuffla le souffle de la vie en battant de ses ailes de milan.

Osiris devint alors le roi du monde des morts et depuis ce temps, c’est à lui que revient la charge de donner la sentence du défunt face à sa confrontation avec la balance de l’âme lors du Jugement Dernier. Seul l’accord d’Osiris permettait au défunt d’accéder aux champs d’Ialou et de reposer en paix.

La résurrection d'Osiris

La résurrection d’Osiris

Publicités
Anubis, le prince des trépassés

Anubis, le nocher des trépassés

Anubis, le prince des trépassés

Anubis, le prince des trépassés

Parmi les Dieux de l’ancienne Egypte du temps des pharaons, un des plus respectés et craints n’était d’autre que le fameux seigneur des nécropoles : Anubis.

Anubis fait partie, à l’instar de ses semblables, des divinités qui sont demeurées, encore aujourd’hui, connues de la plupart des contemporains. Ceci peut notamment s’expliquer par la fascination que ce personnage mythique peut inspirer que ce soit par son apparence effrayante que par le rôle macabre qui lui est réservé.

Anubis, l'homme à la tête de chacal

Anubis, l’homme à la tête de chacal

En effet, Anubis est un immortel au corps d’homme et à la tête de chacal ou de chien noir. Ce constat est, somme toute, assez logique lorsque l’on sait que le nom d’Anubis n’est que la traduction en grec du véritable nom du Dieu : Anpou, qui signifie littéralement « Chien Noir ». L’origine de cette appellation est d’ailleurs assez méconnue. Elle se base sur le même principe que pour Sobek, le Dieu crocodile, pour qui les Egyptiens lui avaient attribué la puissance de l’eau ainsi que sa fertilité, car les alligators pullulaient sur les berges du Nil.

Les Egyptiens avaient également remarqué que les chacals et autres charognards étaient légions dans les nécropoles, déterrant les morts. Pour se prémunir des effets dévastateurs de cet animal, ils décidèrent de le déifier. C’est ainsi que naquit Anpou, au passé aussi énigmatique que le personnage. Les sources se contredisent quant à son ascendance divine, bien que l’on lui attribue généralement Néphtys, déesse protectrice des morts, pour mère et Osiris, souverain de l’au-delà, pour père.

Anubis, le gardien des morts

Anubis, le gardien des morts

Anubis, l’Ouvreur de Chemin, est un psychopompe, à l’instar du funeste Charon des Grecs, c’est-à-dire un guide qui accompagnait les défunts jusqu’aux portes du royaume des morts. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on le surnommait le Premier des Occidentaux, car à l’époque, l’Occident et son inconnu incarnaient le pays des trépassés, car c’était à l’Ouest que le Soleil mourrait derrière l’horizon.

Précurseur du dernier passage, Anubis est également considéré comme le maître de l’embaumement du défunt, permettant à ce dernier son ascension vers le ciel. Toutefois, la route est longue, car avant le Paradis, l’âme du trépassé atteignait d’abord l’Amenti, la demeure des morts. Anubis conviait ensuite le défunt à prendre place sur une barge funéraire, qui descendait lentement le fleuve de l’Enfer, dont les berges regorgeaient de monstres et d’horreurs sans nom. Même le serpent du chaos, Apophis, pouvait parfois attaquer le navire, et Anubis s’efforçait de garantir la sécurité de son passager, au prix d’amers combats. Une fois arrivé à destination, Anubis amenait le défunt dans l’antichambre du Jugement Dernier, devant la balance de la Vérité sous le regard inquisiteur d’Osiris. Le cœur du trépassé était alors déposé dans le premier plateau de la balance et dans l’autre la plume de Maat.

Anubis et la Balance de Maat

Anubis et la Balance de Maat

Si le cœur s’avérait plus léger que la plume, alors Osiris lui ouvrait les portes de l’éternité. Dans le cas contraire, l’âme du défunt était jetée en pâture à la « Dévoreuse » afin de punir ses pêchés.

Il n’est dès lors guère étonnant de constater l’engouement qu’Anubis a pu susciter au cours des siècles tant par sa nature trouble que sa fonction protectrice.

Anubis, protecteur éternel des défunts

Anubis, protecteur éternel des défunts