La Banshee, la prophétesse du malheur

Banshee

La Banshee, l’annonciatrice

Peu connue dans le monde de la mythologie, cette créature issue des mythes irlandais, s’est propagée au cours des siècles au Royaume-Uni. On la retrouve même en Bretagne, aux côtés de l’Ankou par exemple.

La Banshee, vieille et décharnée

La Banshee, vieille et décharnée

Par le passé, cette créature était très redoutée vis-à-vis du petit peuple, car elle était synonyme de sombres auspices. Cela se devinait rien qu’à son apparence. En effet, si un malheureux avait eu la malchance de la croiser, il aurait découvert une très vieille femme, ridée comme l’argile, aux cheveux longs et graisseux et au visage défiguré par la souffrance.

La Banshee, du gaélique Bean Sidhe, était dédiée au chagrin et libérait toute cette douleur dans un cri inhumain et insupportable. C’est d’ailleurs une de ses caractéristiques les plus connues, car l’on prétendait que, la nuit, celui qui entendait son hurlement allait bientôt mourir. Précisons toutefois qu’elle n’interférait pas sur le cours de l’existence, elle se contentait juste de prévenir le concerné que son heure était proche. Rien de plus, mais rien de moins.

Banshee

La Banshee, Spectre ou Fantôme ?

Les témoignages à ce propos décrivent un son intenable tant par la tristesse implacable qu’il provoque que par le déchirement qui y transparaît.

Par ailleurs, la Banshee est devenue assez rapidement « réservée » aux familles nobles, celles qui détenaient le sang bleu dans leurs veines depuis des générations. En effet, de la même manière qu’elles affirmaient qu’elles possédaient leur propre fantôme (mentionnons à titre d’exemple la légende du Chien des Baskerville d’Arthur Conan Doyle), les vieilles familles de Grande Bretagne étaient convaincues de posséder leur propre Banshee.

L’origine de cette créature étrange est assez floue, car plusieurs versions s’opposent, mais certaines penchent pour être une descendance de la terrible Morrigan, la Reine Fantôme, déesse celtique de la Mort et de la Guerre. Ses corbeaux l’accompagnaient sur le champ de bataille pour se repaître des cadavres.

La Morrigan, la déesse de la Guerre et de la Mort

La Morrigan, déesse de la Guerre et de la Mort

Publicités
Merlin l'enchanteur

Merlin, l’énigmatique

Merlin l'enchanteur

Merlin l’enchanteur

Éminemment connu pour son rôle crucial dans l’épopée du roi Arthur et des chevaliers de la Table Ronde, Merlin est considéré comme un des personnages les plus ambigus de l’Histoire, à commencer par la question épineuse de sa réelle existence, à l’instar du légendaire porteur d’Excalibur.

Difficile, en effet, de s’accorder sur une convergence de qualités qui puissent se regrouper en un seul homme, la multiplicité des versions à son sujet s’étendant de manière exponentielle. Toutefois, malgré cet entrelacs complexe de faits contradictoires, certaines lignes directrices peuvent néanmoins émerger timidement.

Le roi Arthur Pendragon

Le roi Arthur Pendragon

En premier lieu, il faut savoir que la première apparition détectée de l’enchanteur remonte au Moyen-Age du VIème siècle mentionné à plusieurs reprises dans des chroniques galloises. La véritable naissance du personnage n’aura lieu que bien plus tard, au XIIème siècle, par le témoignage trépidant et tendancieux d’un homme d’Eglise : l’évêque Geoffrey de Monmouth. En effet, ce dernier confie dans ses différents écrits sa rencontre avec un individu pour le moins atypique, qui se prénomme Merlin, se basant sur les légendes du Pays de Galles. Des récits prophétiques émanant d’un certain Myrddin datant du VIème furent retrouvés, non pas en tant qu’enchanteur, mais sous les traits d’un barde devin.

C’est en 1134 que l’évêque de Monmouth publia l’Histoire des rois de Bretagne (ancienne Grande-Bretagne), ouvrage fondateur du mythe arthurien, car c’est en ces lignes qu’apparut pour la première fois de l’Histoire le personnage le plus associé à l’enchanteur : le roi Arthur. Protecteur et fervent bras droit de ce souverain fabuleux, Merlin endossa alors les qualificatifs de devin et de sorcier, dernier héritier du savoir druidique de l’ancienne Bretagne, mais défenseur belliqueux de la foi chrétienne. Ce même ouvrage octroie également à l’ancien Myrddin l’élaboration de Stonehenge, un lieu bien entendu capital pour la culture celtique aux origines aussi incertaines que celles de son prétendu architecte.

Les Chevaliers de la Table Ronde

Les Chevaliers de la Table Ronde

A l’aide de sa magie, Merlin usa à maintes reprises de la ruse toujours cependant afin d’assurer la pérennité du royaume de Camelot. Dans le but d’accentuer cette ambivalence et ce conflit intérieur constant entre le Bien et le Malin qui émanait de l’enchanteur, sa naissance, jusqu’alors inconnue, apparut sous un funeste jour : on raconta qu’effectivement, son père n’était autre que le Diable, tandis que la pureté de sa mère lui permit de surmonter la noirceur de ses gènes. En effet, il s’évertua à œuvrer pour le bien, assistant à la naissance de la Table Ronde et de ses Chevaliers, dont l’esprit admirable demeura le modèle de l’intégrité et de la justice jusqu’à nos jours.

En une époque où les religions païennes croulaient sous l’omniprésence de l’expansion du christianisme, la magie qu’employait Merlin ne fit qu’accroître l’odeur de soufre qui provenait de sa personne. Toutefois, il incarnait pour les gens de l’Eglise le symbole parfait du bien-fondé de la religion chrétienne : il représentait l’avenir, un avenir tourné vers la grandeur de Dieu, où naquit par la suite la quête du Saint Graal, la célèbre coupe remplie par Joseph d’Arimathie contenant le sang du Christ crucifié sur la colline de Golgotha. En revanche, pour le peuple de la Bretagne, Merlin demeurait le gardien du savoir ancestral et perdu de la Bretagne, de la « magie » et de la sagesse druidiques.

Viviane l'enchanteresse et Merlin

Viviane l’enchanteresse et Merlin

Par ailleurs, afin de compléter cette esquisse de descriptif qui gravite autour de la légende du dernier des druides, il est essentiel de mentionner la présence de deux femmes dans la vie controversée de l’enchanteur, qui furent toutes les deux instruites par ce dernier. La première porte le nom de Viviane, aussi connue sous le dénominatif de « la Dame du Lac », cette même fée qui apporta Excalibur dans le cycle arthurien. Merlin en tomba éperdument amoureux et l’emmena sur son île d’Avalon. Celle-ci, tellement éprise du magicien, usa d’un sort afin de créer un labyrinthe dans une forêt afin qu’ils y demeurent coincés tous les deux durant des décennies. La légende raconte que Merlin connaissait le contre-sort, mais qu’il ne l’employa jamais pour briser le charme, bien que cette version de l’histoire n’apparut qu’à l’époque des Romantiques. Quoi qu’il en soit, leur amour perdura, et même après leur mort.

La fée Morgane

La fée Morgane

Quant à la deuxième personne, elle incarne davantage l’antagonisme de ce que représentait la sagesse de Merlin. Demi-sœur du roi Arthur, autrefois disciple de l’enchanteur, elle emprunta rapidement une voie bien plus ténébreuse que Viviane. Elle voua son existence à la destruction de Camelot. A l’époque, le simple fait d’évoquer son nom était considéré comme hautement périlleux. Cette ennemie jurée de l’enchanteur n’était autre que la fée Morgane, Morgane la maléfique, Morgane, la Locuste bretonne, excellant dans la concoction de poisons et adepte de la magie noire.

Une lutte constante eut lieu entre ces deux personnages hautement charismatiques, ce qui n’empêcha pas l’enchanteur de parvenir à un âge avancé, avec sa longue barbe de neige telle que nous le connaissons aujourd’hui et sa sagesse séculaire. De tout temps, sa légende fut une inépuisable source d’inspiration, et perdure encore de nos jours, avec ses deux incarnations littéraires et cinématographiques les plus emblématiques : le sorcier Gandalf le Gris de Tolkien et le professeur Dumbledore de J.K Rowling.

Ce qui est remarquable avec ce genre de personnes, c’est le fait que même si le Temps peut vaincre l’homme, le Temps ne pourra jamais vaincre sa légende. N’est-ce pas en soi une preuve de ses pouvoirs ?

Gandalf le Gris
Gandalf le Gris
Le Professeur Dumbledore
Le Professeur Dumbledore