Sekhmet, la vengeresse

Sekhmet, la puissante

Sekhmet, la vengeresse

Sekhmet, la vengeresse

Déesse de la mythologie égyptienne, Sekhmet était considérée comme une des divinités les plus craintes par le peuple des pharaons, au même titre que le maléfique Seth.

Statuette de Sekhmet retrouvée dans le tombeau de Toutânkhamon

Statuette de Sekhmet retrouvée dans le tombeau de Toutânkhamon

Terrible et impitoyable, Sekhmet apparut bientôt comme la déesse de la Guerre. C’est d’ailleurs en lien direct avec sa férocité que les Egyptiens la représentèrent en tant que femme à tête de lion, couronnée d’un disque solaire. Ce qui s’explique notamment lorsque l’on sait qu’elle était fille du Dieu Soleil, Râ.

La rage de Sekhmet

La rage de Sekhmet

Son histoire et sa terrible réputation remontent à l’époque où Râ, empreint d’une colère brûlante envers les hommes qui avaient eu l’audace de se rebeller et de remettre en cause l’autorité divine. Afin de mater l’insurrection, Râ décida de lâcher sa fille sur les terres d’Egypte sous sa forme la plus sanguinaire. A l’instar de la peste, Sekhmet, accompagnée de légions de féroces génies, parcourut les plaines désertiques et sema la mort avec son arc redoutable. De sa gueule, les puissants vents du désert s’en échappèrent, desséchant les cultures, de son disque solaire, des rayons incandescents brûlèrent ceux qui s’étaient opposés aux Dieux et au pharaon.

Néanmoins, emportée par sa frénésie sanglante, la déesse à la tête de lionne sombra rapidement dans un massacre aveugle. De ses griffes luisantes de sang, beaucoup d’êtres humains tombèrent, femmes comme hommes, vieillards comme enfants, coupables comme innocents.

Comprenant que la folie de sa fille réduirait à néant le peuple d’Egypte, Rê voulut revenir sur sa décision et stopper l’hécatombe avant qu’il ne soit trop tard, car il ne voulait pas anéantir l’humanité.

Sekhmet, fille de Râ

Sekhmet, fille de Râ

Toutefois, Sekhmet, « la Puissante », était devenue purement et simplement incontrôlable, comme un mal destructeur que l’on ne pouvait arrêter. Râ eut alors l’idée d’apaiser la soif guerrière de Sekhmet en lui faisant boire un élixir spécial. Il mélangea alors l’antidote avec le jus rouge des grenades qu’il déposa dans une jarre aux côtés de la déesse endormie. Au lever du Soleil, celle-ci s’éveilla et aperçut la jarre. Le jus de grenade ressemblant à s’y méprendre à la teinte écarlate du sang, Sekhmet but avidement le breuvage afin d’étancher sa soif.

L’élixir de Râ fit son oeuvre, et les pulsions meurtrières de la déesse à la tête de lionne s’émoussèrent jusqu’à ce qu’elle redevienne la douce Bastet. L’humanité échappa ainsi à son annihilation totale, toutefois l’intervention de la déesse Lionne dans le monde des mortels avait engendré un fléau qui perdurait pour l’éternité, et qui n’était autre que la Mort.

Publicités
Le phénix

Le Phénix, l’éclatant oiseau de feu

Le Phénix flamboyant

Le Phénix flamboyant

Issu probablement des mythes de l’Arabie antique, le Phénix est une créature devenue universelle au fil des âges. Elle est profondément rattachée au feu, et elle est empreinte d’un profond respect dans la grande majorité des cultures.
Grand oiseau solitaire aux plumes de feu, le Phénix est synonyme d’immortalité. Selon les cultures, on l’assimile souvent à la famille des aigles, ou encore à celle des hérons.

Sublime incarnation de la beauté, le Phénix, paré d’or et de rouge éclatants, avait la capacité de vivre jusqu’à 500 ans, puis de connaître un insolite processus de régénération.

L'oiseau de feu

L’oiseau de feu

En effet, sentant sa dernière heure venue, le Phénix réunissait dans son nid des brindilles et des plantes aromatiques, et se consumait littéralement en avivant les flammes par ses battement d’ailes, son nid faisant alors office de bûcher.

De l’ancien phénix, il n’en restait plus que des cendres, et dans cet amas de poussière, un oisillon jaune et pourpre éclaira le monde par ses timides gazouillements.

Ainsi, le Phénix « renaissait de ses cendres », comme le dit si bien l’expression.

 

Il est notamment rattaché au culte du Soleil par les Égyptiens où il était vénéré.

Il devint par la suite le symbole le plus célèbre de la renaissance, de la résurrection, de la résurgence cyclique, ainsi que de ténacité de l’esprit.

Il est à noter qu’au Moyen-Âge, ces attributs l’assimilèrent rapidement au Christ.
Son processus de transformation en fit également un symbole majeur parmi les alchimistes.

Remarques :

  • L’exemple le plus emblématique de nos jours fut son intervention dans la saga d’Harry Potter, sous le nom de Fumseck, oiseau de compagnie du directeur Albus Dumbledore, dans la Chambre des Secrets. On lui attribue d’ailleurs des propriétés médicinales extraordinaires.
  • Par ailleurs, la société secrète agissant contre l’expansion de Voldemort se nomme l’Ordre du Phénix en l’honneur de cet oiseau remarquable.